Abbé Mbelu à Bruxelles : Tshisekedi est vivant, son esprit habite des millions des cœurs

Très grande affluence samedi 3 février 2018 en l’église Notre Dame de Lourdes dans la commune de Jette à Bruxelles pour le culte célébré en mémoire d’Étienne Tshisekedi wa Mulumba, mort à Bruxelles le 2 février 2017.

Dans l’assistance, le bourgmestre de la commune ainsi qu’un des conseillers communaux de Jette, plusieurs personnes ayant parcouru des centaines de kilomètre depuis Londres, Paris, Lille, l’Allemagne, la Hollande… Rien que pour venir rendre hommage au « Leader maximo » : des anonymes, des personnalités politiques du « Rassemblement » notamment.

Et bien sûr la famille du défunt : sa veuve, ses fils, ses petits-enfants.

Dans son homélie, l’abbé Mbelu a confronté les grands traits de caractère d’Étienne Tshisekedi, aux anti-valeurs qui caractérisent ceux qui se cramponnent au pouvoir et ne veulent pas du tout que le corps de Tshisekedi soit rapatrié et inhumé en RD Congo.

Pour l’officiant du jour, Tshisekedi fait partie de ces hommes qui viennent nous visiter, qui viennent d’ailleurs, que l’on n’ a pas tous les 25 ans, il faut attendre et souvent , ils meurent incompris, parce qu’ils ne sont pas de notre monde.

« David avait dit à son fils : sois fort, sois courageux. Dans son long combat, Tshisekedi est resté courageux, debout jusqu’au bout.»

L’abbé Mbelu a également abordé le fait que jusqu’aujourd’hui le corps de Tshisekedi ne soit toujours pas rapatrié.

Il dira ceci du comportement du régime de Kabila face aux morts, entre autre lors des dernières manifestations:

« ils tuent, ils ravissent les cadavres, ils ne veulent que nous  pleurions nos morts, ils les jettent dans le fleuve… »

Et de marteler:« Tshisekedi n’est pas mort, il est vivant, son esprit habite des millions des cœurs, voilà la peur du régime illégal. »

Il poursuivra :

Le régime Kabila n’a plus le sens de l’humain, « bomoto », cela veut dire que dans leur tête, « mutu », il n’y a plus rien, « et si là-bas (la tête) il n’y a plus rien, vous devenez des médiocres.

Il a enfin parlé des valeurs qui fondent une nation :

La coopération la fraternité, la solidarité…

Et que propose le régime Kabila à la place ?

Des anti-valeurs,

Le non-respect de l’humanité. avec comme pseudo-valeur suprême, l’argent, tout acheter… Saura-t-il acheter tous les 80 millions de Congolais ?

Aucun pays au monde ne peut faire une révolution en s’appuyant sur des anti-valeurs, même si cette révolution s’appelle révolution de la modernité.

Car le vrai pouvoir doit impulser des valeurs comme, le respect de l’état, de l’état de droit, des droits sociaux, économiques, collectifs, l’égalité…

Il terminera par ceci « Tshisekedi a passé le relais, c’est notre tour maintenant =de nous prendre en charge= ».

Bruxelles, le 4 février 2018

Cheik FITA

Laisser un commentaire