Billet (politique fiction). Démission du Premier Ministre congolais Samy Badibanga afin de…

SAMY BADIBANGA IN CHEIKFITANEWS

« Afin de débloquer la situation politique de notre pays, j’ai décidé ce jour de présenter à Son Excellence Monsieur le Président de la République ma démission en tant que Premier Ministre ainsi que la démission de tout mon gouvernement. Ceci permettra le déblocage de la situation politique du pays avec comme conséquences :

– L’accélération du processus électoral congolais en cours,

– Le retour au pays du corps d’ Étienne Tshisekedi pour son inhumation.

Signé… Politique fiction» .

Ce billet est bien sûr une pure fiction mais qui est du domaine de l’imaginable. Pourquoi ?

Dimanche 12 mars 2017, cela fera 40 jours que l’icône politique congolaise du combat pour la démocratie, Étienne Tshisekedi est décédé.

Dans les traditions congolaises ce sera le quarantième jour, jour où le deuil est définitivement levé.

Malheureusement, dimanche 12 mars 2017, le corps d’Étienne Tshisekedi sera encore dans un funérarium de Bruxelles.

Humainement, ce retard dans l’inhumation d’Étienne Tshisekedi est devenu intolérable, une solution doit immédiatement être trouvée.

Il est vrai, tous ceux qui interviennent dans le processus d’inhumation d’Étienne Tshisekedi ont chacun une part de responsabilité :

– La famille,

– L’UDPS, le parti politique d’Étienne Tshisekedi,

– La ville de Kinshasa,

– Le gouvernement de monsieur Samy Badibanga,

– L’État congolais,

Il est aussi du devoir des médias que nous sommes d’interpeller la conscience collective, si possible avec un électrochoc comme ce billet dont le titre initial était :

« Inhumation d’Étienne Tshisekedi, la clé macabre de Samy Badibanga Ntita »

Oui, il est de notre devoir d’interpeller plus particulièrement le Premier Ministre congolais actuel, monsieur Samy Badibanga.

S’il a atteint le sommet du pouvoir, c’est essentiellement pour avoir été un proche de feu Étienne Tshisekedi et pour avoir été sur la liste de  l’UDPS lors des élections législatives congolaises de 2011.

À ce titre, Samy Badibanga a un devoir de reconnaissance, même  à titre posthume, envers le sphinx de Limete, en tant que père spirituel.

Les combattants de l’UDPS ne veulent pas que l’actuel gouvernement inhume leur leader.

Ces combattants ont exercé une telle pression sur la famille Tshisekedi, que celle-ci a reculé par rapport au retour de la dépouille d’Étienne Tshisekedi, initialement annoncé pour ce samedi 11 mars 2017.

Ces combattants, ce sont ceux-là même qui avaient donné leurs voix à Samy Badibanga afin qu’il devienne député. Aujourd’hui, ils exigent son départ de la primature pour que les funérailles d’Étienne Tshisekedi aient lieu.

Politiquement, Samy Badibanga a toutes les raisons de présenter sa démission parce qu’il n’a plus de base politique.

Humainement, ayant été si proche d’Étienne Tshisekedi, à moins d’être cynique, Samy Badibanga ne peut se permettre de supporter indéfiniment l’idée de laisser son chef spirituel sans sépulture parce que lui doit rester Premier Ministre.

Pour devenir Premier Ministre, il y a eu sûrement un deal entre Samy Badibanga et le camp Kabila. Mais le décès de Tshisekedi faisait-il partie de cela ?

Si oui, il n’y a alors pas de problème, monsieur Samy Badibanga peut rester Premier Ministre aussi longtemps que le clan Kabila le voudra.

Si non, à cette veille du quarantième jour du décès d’Étienne Tshisekedi, monsieur Samy Badibanga devrait poser un acte fort en démissionnant de son poste de Premier Ministre.

Du point de vue de la postérité, des politiciens de la trempe d’Étienne Tshisekedi qui marquent longtemps l’histoire d’un pays, sont rares. Avoir côtoyé une personnalité de cette trempe est un privilège et un honneur.

Pourquoi, en dernières minutes piétiner son honneur et se donner le luxe d’entrer dans l’histoire du pays sur une mauvaise page?

Ainsi, Samy Badibanga détient aujourd’hui la clé capable de débloquer, et l’équation des funérailles d’Étienne Tshisekedi, et l’aboutissement heureux du processus électoral congolais de 2017. Mais pour combien de temps encore ?

Oui, ce pouvoir est éphémère car, Étienne Tshisekedi finira bien par être inhumé. Le processus électoral congolais finira par se débloquer et aller à son terme.

Quel sera alors le sort de Samy Badibanga ?

En toute humilité, Samy Badibanga devrait rapidement soulager sa conscience en usant de la clé macabre qu’il détient afin de permettre l’inhumation d’Étienne Tshisekedi.

Bruxelles, le 11 mars 2016

Cheik FITA

Laisser un commentaire