Billet. Pseudo marche du clan Kabila le 28 novembre 2017, gare à l’étincelle

Le 28 novembre 2017, un choc pourrait advenir en RD Congo :

Deux manifestations organisées le même jour par les deux clans politiques congolais auront lieu, avec des thèmes diamétralement opposés :

– Le « Rassemblement » des Forces politiques et sociales acquises au changement a prévu l’organisation d’une marche le 28 novembre 2017, dans le cadre des actions destinées à mobiliser le peuple congolais pour le départ du pouvoir du Président Joseph Kabila, au plus tard le 31 décembre 2017.

– Il y a quelques jours un illuminé du clan Kabila a écrit à monsieur Kimbuta, gouverneur de la ville de Kinshasa, pourquoi ?

Pour organiser à la même date du 28 novembre 2017, une marche afin de demander un referendum dans le but caché de changer la constitution pour monsieur Joseph Kabila puisse briguer un troisième mandat.

Démarche innocente ou expression démocratique ?

Le 28 novembre n’est pas une date anodine en RD Congo. Il y a six ans, le 28 novembre 2011 avait eu lieu la présidentielle à l’issue de laquelle monsieur Joseph Kabila avait été proclamé par la CENI, Président de la République. Les résultats officiels ne reflétant pas la vérité des urnes, depuis lors, la RD Congo était entrée dans une période de crise politique.

Cette crise continue jusqu’à ce jour. Si l’on n’y prend pas garde, le fond sera atteint le 31 décembre 2017 à minuit avec l’illégalité et l’ illégitimité des animateurs de toutes les institutions : du chef de quartier au Chef d’État.

La RD Congo entrera dans une zone de non-droit.

Joseph Kabila réussira-t-il à rebondir et rester au pouvoir :

– Au delà du 31 décembre 2017 ? Pendant que l’opposition voudrait une transition sans Kabila ?

– Au delà du 12 janvier 2019, date prévue pour la passation « civilisée » de pouvoir entre le Président sortant et l’entrant qui devrait être élu selon le calendrier décrié de la CENI, en décembre 2018 ?

La RD Congo est aujourd’hui coupée en deux :

– D’un côté un océan de misère dans lequel se trouve les 70 à 80 millions de Congolais,

– De l’autre, un îlot de bonheur sur lequel vit une clique d’individus qui vivent dans l’opulence la plus injurieuse.

– S’il autorise les deux marches, le gouverneur de la ville devra s’assurer qu’il n’y aura pas de téléscopage entre les deux camps,

– S’il n’autorise que la marche de l’opposition, le gouverneur de la ville mécontentera les extrémistes du clan Kabila, son camp,

– S’il n’autorise aucune de ces marches, il n’aura pas réussi à désamorcer la grogne qui couve dans la population, le peuple ayant une grande soif d’expression.

Un proverbe des baluba du Congo dit :

« Tshishi tshidiadia lukunda, tshidi munda mwa lukunda ». Traduisez : « le ver qui ronge le haricot se trouve dans le haricot ».

En occident on dit : « Tout système meurt de ses propres contradictions. »

C’est cela le vrai problème : le kabilisme est un système qui est miné par ses propres contradictions.

Et le ver qui détruira Kabila et son clan c’est l’ensemble de tout ceci:

– La tricherie, le mensonge,

– Le bâillonnement de la vérité,

– La cupidité,

– Le pillage des richesses nationales, de la caisse de l’état,

– La recherche effrénée du gain facile par ses membres, l’enrichissement sans cause,

– La recherche du pouvoir pour le pouvoir,

– La volonté de Joseph Kabila de s’éterniser au pouvoir,

– L’insensibilité du clan Kabila face à la misère du plus grand nombre,

– L’arbitraire,

– Le non-respect de la constitution, la violation de celle-ci ainsi que le non-respect des accords…

Le « haricot »  » Clan Kabila » est rongé de façon irréversible. Pendant ce temps dans le peuple, la colère monte chaque jour davantage, et n’importe quel incident pourrait déclencher une explosion.

Gare à toute étincelle qui pourrait déclencher cette explosion.

Bruxelles, le 20 novembre 2017Cheik FITA

Laisser un commentaire