Conférence du « Rassemblement »à Bruxelles: le défi de la mobilisation

Des membres du « Rassemblement » ont tenu une conférence débat le dimanche 30 avril 2017 au Press Club de Bruxelles autour de la situation politique actuelle en RD Congo.

Étaient programmés : Félix Tshisekedi le Président de la plate-forme, Delly Sesanga et Christophe Lutundula. Mais seuls les deux derniers étaient venus. Néanmoins dans la salle, un autre membre de la plate-forme était là : Christian Mwando de l’UNADEF .

Christophe Lutundula et Delly Sesanga ont expliqué le contenu de l’Accord de la Saint-Sylvestre et l’Arrangement particulier qui lui est adjoint.

Les deux membres du « Rassemblement » ont dénoncé le pseudo-Arrangement particulier signé il y a quelques jours au Parlement congolais à Kinshasa, le qualifiant de non-conforme à celui qu’ils avaient élaboré sous la médiation de la CENCO, et dans lequel bien de points avaient trouvé une solution consensuelle.

À l’issue des exposés, l’auditoire est resté quelque peu sur sa soif.

Pourquoi ?

Monsieur Joseph Kabila dont le mandat a pris fin le 19 décembre 2016 est toujours là grâce à l’accord de la Saint Sylvestre. En contrepartie, qu’a-t-il cédé ?

Rien.

Les Congolais  tant au pays que dans la diaspora sont de plus en plus impatients de voir Joseph Kabila quitter le pouvoir.

Quatre mois après la signature de l’Accord, aucune avancée notable dans le sens de l’alternance  n’est perceptible. Qu’est-ce qui prouve que durant les quatre prochains mois il y aura des avancées ?

La presse a insisté en vain pour que le « Rassemblement » dévoile les stratégies qui lui permettraient d’obliger le clan Kabila à céder et la direction de la CNSA, et la Primature.

Sans la direction de la CNSA et la primature, le « Rassemblement »  peut-il espérer offrir aux Congolais des élections dans les délais et dans la transparence?

Non.

Où se trouverait le tendon d’Achille du « Rassemblement »?

Dans la capacité de mobilisation de la population pour qu’elle se lève comme un seul homme et fasse reculer cette dictature qui cherche à se maintenir.

L’auditoire aurait aimé que le « Rassemblement » face de propositions concrètes. Il n’en a pas été le cas.

Le « Rassemblement » a un grand défi à relever rapidement:celui de la mobilisation du peuple congolais.

Au moment où à l’intérieur du Press Club se tenait la conférence qui réunissait près de 150 personnes, dehors une dizaine de combattants manifestaient pour dénoncer le fait que pour eux, le « Rassemblement » s’est quelque peu fourvoyé dans des négociations avec le clan Kabila.

Bruxelles, le 30 avril 2017

Cheik FITA

Laisser un commentaire