Le « cadeau » (empoisonné) de Tshibala à Étienne Tshisekedi

Le jeudi 14 décembre 2017, monsieur Bruno Tshibala, Premier Ministre en RD Congo par la seule volonté de Joseph Kabila a signé une décision dans laquelle il a désigné un Président délégué de son « UDPS ».

Le 14 décembre est la journée anniversaire de naissance de feu Étienne Tshisekedi. Tous ses proches, tous ceux qui l’ont côtoyé, tous les combattants de l’UDPS et même la plupart des Congolais le savent.

Comment peut-on expliquer qu’il a fallu seulement que ce soit à cette date-là que sieur Bruno Tshibala ait signé et rendu public ce document ?

Hasard de date? Étourderie politique ?

À cause de bas intérêts égoïstes, la vie des hommes est souvent un combat permanent entre le vrai et le faux, la justice et l’injustice, l’honnêteté et la malhonnêteté, la fidélité et la trahison…

Quand on prétend avoir côtoyé (honnêtement) durant des années et jusqu’à sa mort, un grand homme comme Étienne Tshisekedi, on devrait en garder un minimum d’éthique politique et de valeurs. À moins de l’avoir déjà trahi depuis longtemps, et être resté malgré tout à côté de lui, comme l’avait fait Judas aux côtés de Jésus.

Faut-il encore prouver aujourd’hui la grandeur politique d’Étienne Tshisekedi ?

Etienne Tshisekedi et Cheik FITA Août 1992

Etienne Tshisekedi et Cheik FITA Août 1992

Une anecdote. Lors de la CNS, Conférence Nationale Souveraine, tous les jours des plénières, lors de la pause, les conférenciers se bousculaient pour se faire prendre en photo avec un homme : Étienne Tshisekedi. Nous avions été aussi de ceux-là. (voir photos d’illustration).

Si déjà à cette époque-là (il y a 25 ans), nous les anonymes qui avions eu l’occasion d’approcher Étienne Tshisekedi juste pour une pose-photo, l’avions fait par admiration pour la droiture de l’homme et le sens élevé de son combat pour la vérité, la justice, l’état de droit…

Que dire alors de ceux qui ont milité avec lui, qui sont restés à ses côtés durant des années? Ne devraient-ils pas être d’autres « Tshisekedi » en paroles et en acte ?

En lisant avant de le signer un document où était mentionné la date du 14 décembre, jour anniversaire de celui qu’il prétend avoir été son mentor, et qui n’était toujours pas inhumé, dont les siens portent toujours le deuil, Mr Tshibala ne pouvait-il pas se rendre compte de la coïncidence ?

À moins que les raisons de la signature du document étaient telles que monsieur Tshibala ne pouvait pas ne pas signer, ou alors qu’il était tellement aveuglé par des sentiments négatifs, qu’il ne pouvait plus se souvenir de cette date anniversaire !

Comment pourrait être interprété ce document par les proches d’Étienne Tshisekedi qui eux se souvenaient et de la date anniversaire de naissance et de la méchanceté politique de ceux qui refusent toujours une inhumation d’Étienne Tshisekedi sur le sol de ses ancêtres ?

Par ce document signé et publié le 14 décembre 2017, Bruno Tshibala n’a -t-il pas craché sur la mémoire de celui qu’il prétend succéder?

Bruno Tshibala a envoyé à feu Étienne Tshisekedi, un véritable cadeau empoisonné, à l’occasion de cet anniversaire de naissance.

Bruxelles, le 15 décembre 2017

Cheik FITA

Laisser un commentaire