Lubumbashi. Chute du « Gouverneur » Jean-Claude Kazembe , faut-il en rire ou en pleurer ?

L’opinion a appris le mardi 18 avril 2017 qu’un certain Jean-Claude Kazembe avait été déchu de son poste de gouverneur du Haut-Katanga, suite à un vote de défiance de l’assemblée provinciale.

À première vue, dans l’environnement d’impunité générale de la RD Congo, on peut se réjouir que les députés provinciaux réussissent à déchoir le chef de l’exécutif provincial.

Et à voir ce qui lui est reproché, le gars était tout, sauf un honnête gestionnaire.

Mais le problème, c’est que ceux-là même qui chassent le gouverneur ont perdu leur légitimité depuis 2012. Pire, à l’époque de leur élection, ils avaient été élus comme députés de la grandeprovince du Katanga et non du Haut-Katanga.

Ainsi ces députés provinciaux, comme tous les députés provinciaux des 26 nouvelles provinces de la RD Congo siègent sans mandat.

En temps normal, cet acte aurait été salué.

Hélas, actuellement, à cause de l’incurie de ceux qui se cramponnent aujourd’hui à la tête du pays, la RD Congo a été plongée dans une situation anormale et humiliante, qu’il faudrait rappeler à toutes les occasions :

Depuis février 2017, la RD Congo n’a plus un seul animateur d’institution ayant la légitimité des urnes :

– Ni le Président de la République,

– Ni les sénateurs,

– Ni les députés nationaux,

– Ni le gouvernement,

– Ni les députés provinciaux,

– Ni les gouverneurs de province et leurs ministres

– Ni les maires,

– Ni les bourgmestres.

Ainsi cette information concernant la chute de Jean-Claude Kazembe devrait tout au plus être publiée dans la rubrique « chiens écrasés »,

Faire semblant, c’est trahir la nation congolaise.

 Bruxelles, le 19 avril 2017

Cheik FITA

Laisser un commentaire