Paris : choc frontal en vue UDPS-APARECO

Madame Candide Okeke, directrice de cabinet du Président de l’APARECO a publié vendredi 25 août 2017 sur sa page facebook une affiche retouchée de l’annonce d’une conférence à Paris du Secrétaire Général de l’UDPS prévue pour le samedi 26 août 2017.

Sur l’affiche il est ajouté les mots :

– Annulé,

– Bazoteka RD Congo ! Congolais lamuka,

– Accord de la Saint Sylvestre = Accords de Lemera,

= Prolongation du permis de tuer et de piller accordée à « Joseph Kabila »

Quel but poursuit cette action de l’APARECO ?

– Mobiliser ses adeptes afin qu’ils se rendent au lieu de la conférence, qu’il y ait affrontement et que la manifestation soit éventuellement annulée.

Quel est le fond du problème ?

Il s’agit là sûrement d’un problème de lutte pour le leadership politique.

En exil depuis la chute de Mobutu, Honoré Ngbanda a depuis 2005 créé à l’étranger son mouvement APARECO et a assis progressivement son leadership autour de l’idéologie de la résistance et celle de « l’occupation » de la RD Congo par les Tutsi.

L’UDPS par contre, a depuis 1982 bravé au pays toutes les dictatures qui se sont succédé au pays : Mobutu, LD Kabila et maintenant Joseph Kabila.

L’UDPS est un parti non-violent qui a pour ambition d’accéder au pouvoir par les urnes.

Feu Étienne Tshisekedi a symbolisé durant longtemps cette lutte. En attendant le congrès qui désignera le successeur de Tshisekedi, actuellement le numéro Un de l’UDPS c’est le Secrétaire Général Jean Marc Kabund A Kabund.

Du temps de Mobutu, l’UDPS subissait les foudres du pouvoir et parmi les personnes influentes du pouvoir de Mobutu, il y avait monsieur Ngbanda.

Dans un article datant du 5 décembre 2004 et intitulé « Honoré Nganda se fait applaudir à Bruxelles », nous avions écrit ceci :

« …Les Congolais pourront-ils transcender leurs ressentiments vis-à-vis d’un homme qui a plus que personnifié le régime dictatorial ?

Après l’expérience pénible de l’exil où il a retrouvé certains de ceux qu’il avait fait fuir le pays, monsieur Ngbanda est-il devenu un autre homme ?

Comment les leaders actuels de l’opposition accueilleront-ils monsieur Ngbanda ?

L’appétit venant en mangeant, dit-on, avec sa rentrée rentrée politique que nous considérons comme réussie, monsieur Ngbanda reconnaîtra-t-il le leadership politique de ses anciens adversaires comme Tshisekedi, Gizenga… »

Pour l’histoire, cet article avait été écrit à l’issue d’une conférence organisée par le parti MRM dirigé par Jean-Pierre Samba, à l’église Saint Roch de Bruxelles, le samedi 4 décembre 2004, in tempore non suspecto.

Dans la logique de ceux qui ont retouché l’affiche de l’UDPS, ce parti devrait-il abandonner son idéologie pour se ranger derrière celle de l’APARECO ?

Au delà des arguments avancées sur l’affiche qui sont forts discutables, cette action n’est-elle pas ni plus ni moins que de l’intolérance? Une incitation à la violence voir à la haine! Des anti-valeurs.

Dans tous les cas, une tendance antidémocratique qui voudrait que tout le monde réfléchisse de la même façon. Cela rappelle malheureusement hélas le parti-état qui disait « olinga olinga té ozali membre ya MPR. »

Non, nous sommes de ceux qui n’avons jamais pensé comme cela, ni à l’époque de Mobutu que nous avions combattu, ni maintenant.

Nul ne peut s’octroyer le droit d’annuler une manifestation organisée par d’autres.

Si le samedi 26 août 2017 il y a à Paris, un choc UDPS-APARECO, les initiateurs de l’action auront beau s’expliquer, in fine, le résultat de leur stratagème aura un gagnant : monsieur Joseph Kabila. Celui-là même qu’ils prétendent combattre et qui au pays, empêche l’UDPS de tenir ses meetings, embastille ses membres, et parfois les tue même.

Bruxelles, le 25 août 2017

Cheik FITA

One thought on “Paris : choc frontal en vue UDPS-APARECO

  1. La lutte de Mr honoré ngbanda à Mon avis n’a auqu’un sense ce Mr est utilisé par le regime pour affaiblir le combat de la diaspora , la resistance du general charle de gaule sans l’angleterre, l’amerique et tout leurs alliês la France allait êtres sous occupation allemande jusqu’à nos jours.

Laisser un commentaire