RD Congo. Ouverture d’une enquête internationale sur les événements au Kasaï

Vendredi 23 juin 2017 à Genève, une résolution a été adoptée à l’unanimité au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Cette résolution appelle le Haut-Commissaire à nommer une équipe d’experts internationaux pour enquêter «sur les violations du droit international humanitaire et les violations des droits de l’homme et atteintes à ces droits commises dans la région du Kasaï.».

Les membres du gouvernement de monsieur Bruno Tshibala avaient pour mission d’empêcher la constitution d’une équipe indépendante pour enquêter sur les massacres perpétrés au Kasaï sous prétexte de souveraineté nationale!

Au final, il y aura bien des yeux étrangers pour démêler les événements survenus au Kasaï depuis bientôt un an.

Ci-dessous la déclaration du Haut Commissaire des Nations aux Droits de l’Homme.

Bruxelles, le 23 juin 2017

Cheik FITA

NOTA BENE. Seule la version anglaise de la résolution est disponible pour le moment, elle est en pice jointe plus bas. Dès que nous aurons la version française, nous la mettrons également en ligne

GENÈVE (23 juin 2017) – Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Zeid Ra’ad Al Hussein a déclaré ce vendredi que l’ouverture d’une enquête internationale sur les violations odieuses des droits de l’homme et atteintes à ces droits dans la région du Kasaï en République démocratique du Congo envoie aux auteurs présumés le message que la communauté internationale a fermement l’intention de les traduire en justice.

La résolution, adoptée à l’unanimité au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, appelle le Haut-Commissaire à nommer une équipe d’experts internationaux pour enquêter «sur les violations du droit international humanitaire et les violations des droits de l’homme et atteintes à ces droits commises dans la région du Kasaï.». Depuis 2016, environ 1,3 million de personnes originaires de la région du Kasaï ont été déplacées par les violences, et 30 000 se sont réfugiées en Angola.

«Nous soutenons pleinement l’établissement d’une commission d’enquête internationale et la considérons comme un pas de plus vers l’identification et la poursuite des auteurs de graves violations des droits de l’homme, a déclaré le Haut-Commissaire Zeid.

Je présenterai un rapport complet avec les conclusions de l’équipe au Conseil des droits de l’homme. Cette équipe mènera son enquête de manière entièrement indépendante, dans le respect des normes internationales et conformément au mandat qui lui a été conféré par le Conseil. La résolution réitère clairement l’importance d’assurer la protection de toutes les personnes qui collaborent avec l’équipe, ce qui souligne la nécessité que le groupe d’experts opère en totale indépendance. Nous comptons sur la pleine coopération des autorités, en particulier pour nous octroyer un accès illimité à tous les sites, dossiers, individus et lieux concernés.»

«Les victimes – qu’elles aient été tuées, mutilées, soumises à des violences indescriptibles ou forcées de quitter leur maison – méritent qu’on leur rende justice.»

Le Haut-Commissaire a ajouté que ses services continueront à observer la situation des droits de l’homme, à établir des rapports et à apporter une assistance technique aux autorités de la République démocratique du Congo.

La résolution demande au Haut- Commissaire de faire une mise à jour orale au Conseil à sa session de mars 2018, suivie d’un rapport détaillé en juin 2018.

Laisser un commentaire