Tueries des adeptes de Kamwina Nsapu, le Département d’Etat américain communique

département d'état in cheikfitanews

La vidéo d’exécution barbare par les militaires congolais des adeptes de Kamwina Nsapu au Kasaï continue à faire parler d’elle. Après le tollé dans tous les médias du monde, c’est au tour du Département d’État américain de réagir.

Dans un communiqué rendu public le 19 février 2017, le Département d’État américain demande « Une enquête immédiate et approfondie, en collaboration avec les organisations internationales chargées de la surveillance des droits de l’homme », pour ce qui est considéré comme une exécution extra-judiciaire.

IL-CdB

 Communiqué de presse

Mark C. Toner ,

porte – parole par intérim

Washington DC

19 février 2017

Les États-Unis sont profondément préoccupés par les images vidéo qui semblent montrer des éléments des forces armées de la République démocratique du Congo exécuter sommairement des civils, y compris les femmes et les enfants.

Ces exécutions extrajudiciaires, si elles sont confirmées, constitueraient des violations flagrantes des droits de l’homme et menace d’inciter à la violence généralisée et de l’instabilité dans un pays déjà fragile.

Nous appelons le Gouvernement de la République démocratique du Congo pour lancer une enquête immédiate et approfondie, en collaboration avec les organisations internationales chargées de la surveillance des droits de l’homme, afin d’identifier ceux qui ont commis de tels abus odieux, et de tenir des comptes à tout individu prouvé qu’ils ont été impliqués.

(Traduction google).

Version originale

Press Statement

Mark C. Toner
Acting Spokesperson
Washington, DC
February 19, 2017

The United States is deeply concerned by video footage that appears to show elements of the armed forces of the Democratic Republic of Congo summarily executing civilians, including women and children.

Such extrajudicial killing, if confirmed, would constitute gross violations of human rights and threatens to incite widespread violence and instability in an already fragile country.

We call upon the Government of the Democratic Republic of Congo to launch an immediate and thorough investigation, in collaboration with international organizations responsible for monitoring human rights, to identify those who perpetrated such heinous abuses, and to hold accountable any individual proven to have been involved.

Laisser un commentaire