UDPS, Félix Antoine Tshisekedi a posé sa candidature pour la présidence du parti

Mardi 20 mars 2018, les candidats pour la présidence de l’UDPS, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, ont posé leurs candidatures, et parmi eux, Félix Tshisekedi.

L’élection du Président du parti aura lieu lors du congrès extraordinaire du parti convoqué à cet effet pour le 30 et le 31 mars 2018.

Cela fera bientôt quatorze mois qu’Étienne Tshisekedi le précédent Président était décédé à Bruxelles.

Selon les statuts du parti, un congrès aurait dû être convoqué dans les trente jours pour élire le nouveau Président.

C’était sans compter avec les manœuvres du régime de Joseph Kabila qui considérait la disparition d’Étienne Tshisekedi comme une « bonne » chose.

Profitant de ce vide, Joseph Kabila et les siens avaient mis toutes sortes d’embûches sur le chemin de l’UDPS.

D’abord, le régime avança mille et une raisons pour empêcher l’organisation des funérailles d’Étienne Tshisekedi,

Ensuite il crut bon de semer la zizanie à l’UDPS en y débauchant quelques pantins dont l’un, Bruno Tshibala fut catapulté à la primature .

Et pour remercier son « bienfaiteur », avec son complice Tharcisse Loseke, Bruno Tshibala entreprit de dédoubler l’UDPS. L’aventure que les deux complices s’évertuent à mener, tourne progressivement en eau de boudin.

Mais comme le ridicule ne tue pas dans le monde politique congolais…

Durant trente-six, tous les régimes qui se sont succédé en RD Congo ont tenté d’étouffer l’UDPS, mais en vain. Pourquoi?

Des millions de Congolais de différentes générations se reconnaissent toujours en l’idéal que poursuit ce parti : l’avènement d’un état de droit.

En pleine décomposition avec l’approche des élections, la « majorité présidentielle » aura beaucoup de difficultés pour trouver un dauphin à Joseph Kabila, celui-ci ayant consommé ses deux mandats.

L’éventuelle dauphin de l’impopulaire Joseph Kabila saura-t-il assumer le lourd passif du régime sortant composé de pillages, de débâcles économiques, de paupérisation de la population, d’assassinats,  de déportation des populations…?

Félix Tshisekedi apparaît comme le favori, et pour la présidence de l’UDPS, et pour la candidature de l’UDPS à la présidence, et enfin pour la candidature de toute l’opposition à la présidence de la république.

Moïse Katumbi , l’autre challenger de l’opposition est actuellement coincé en exil à l’étranger, le clan Kabila ayant juré de le jeter en prison dès qu’il aura foulé le sol congolais.

Bruxelles, le 21 mars 2018

Cheik FITA

Laisser un commentaire